Conférencières / Conférenciers

Jeudi – Discours d’ouverture

Bernard Petiot, Cirque du Soleil

dvddvdv.jpg

Détenteur d’un Baccalauréat en éducation physique et d’une Maitrise en sciences de l’activité physique, de l’Université Laval, Bernard Petiot a enseigné au Département d’éducation physique de l’Université de Montréal de 1980 à 1997. Un des principaux organisateurs du premier congrès international traitant du développement du talent en gymnastique (Championnats mondiaux de gymnastique tenus à Montréal en 1985), il a souvent été invité à analyser des compétitions internationales; Championnats du monde de Sabaë, au Japon, en 1995, et les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, d’Atlanta en 1996, de Sidney en 2000, d’Athènes en 2004, de Pékin en 2008 et de Londres en 2012.

Entraîneur du réputé club Gymnix de Montréal de 1980 à 1998, il a contribué au développement de quelques unes de nos meilleures gymnastes canadiennes, dont Cathy Giancaspro (JO Séoul 1988), Mylène Fleury (JO Barcelone 1992), et Marilou Cousineau (cinq Championnats mondiaux), ainsi qu’à la formation de niveau international de Julie Beaulieu (JO Sydney 2000), Émilie Fournier (JO Sydney 2000) et Amélie Plante (JO Athènes 2004). Il a aussi été entraîneur de l’équipe canadienne, notamment pour treize championnats du monde et deux éditions des Jeux Olympiques.

Au Cirque du Soleil depuis 19 ans, Bernard Petiot agit actuellement à titre de Vice-président, Casting et Performance.  On compte parmi sa vice-présidence les secteurs suivants : le casting, la formation des artistes, la médecine de la performance, le « coaching » et le développement et la conception de la performance et de l’équipement acrobatique.

 

Créativité au Cirque du Soleil: culture, mentalité et leadership

Le Cirque du Soleil (CDS) est reconnu comme un chef de file en matière de divertissement en direct. Avec plus de 20 spectacles différents dans les opérations, le défi pour CDS est de continuer à s'efforcer d'être créatif, de surprendre ses spectateurs et d'innover dans un monde en évolution rapide.

Cette présentation vous permettra de plonger dans le processus de création du CDS. Le tango entre le processus de création non linéaire et le calendrier de production et les contraintes sera discuté. Du point de vue du leadership, la gestion d'un environnement favorable à l'innovation et au soutien des esprits créatifs sera également abordée.

Le but de la présentation est de partager et d’inspirer les créatifs et les dirigeants à définir leur environnement créatif pour faire face aux défis du futur.


Vendredi – Séance plénière – Panel sur la crise des opioïdes

Linda Woodhouse, Dre Cara Tannenbaum, Maxi Miciak, et Melissa Anderson

 

Dre Cara Tannenbaum

Avec l’appui financier des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) dont elle bénéficie depuis plus de 10 ans, et sa bourse de chercheur boursier sénior du FRSQ, la Dre Tannenbaum est une chef de file en matière de recherche gériatrique de pointe, tant au Canada qu’à l’étranger. En 2004, elle a reçu un New Investigator Award de l’American Geriatrics Society et en 2008 l’Association des Facultés de médecine du Canada lui a décerné le prix May-Cohen pour l’équité entre les sexes. En 2008, elle a été nommée titulaire de la Chaire pharmaceutique Michel-Saucier en santé et vieillissement de la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal. En 2013, l’Institut du vieillissement des IRSC lui a décerné le prix Betty-Havens de l’application des connaissances dans le domaine du vieillissement. Elle est professeure titulaire à la Faculté de médecine et à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal. Sa pratique clinique, en tant que directrice de la Clinique de continence urinaire à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, inspire sa vision et son programme de recherche axé sur le patient. La Dre Tannenbaum a obtenu un diplôme en médecine de l’Université McGill et a par la suite suivi une formation spécialisée en médecine gériatrique et en santé des femmes âgées. En 2002, elle a obtenu une maîtrise en épidémiologie et biostatistique de l’Université McGill.

En janvier 2015, la Dre Tannenbaum a été nommée directrice scientifique de l’Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC. À ce titre, elle travaille avec des intervenantes, des intervenants et des membres du milieu canadien de la recherche sur le genre, le sexe et la santé pour définir les priorités de la recherche, créer des occasions de financement de la recherche, renforcer la capacité de recherche, établir des partenariats et appliquer les résultats de la recherche dans le but d’améliorer la santé de la population canadienne.


Samedi – Séance plénière – Approches en physiothérapie auprès des personnes âgées fragiles et souffrant de maladies complexes :Réajuster notre perspective

Jennifer M. Bottomley, Ph.D.,MS,Pht et Hans Hobbelen (Ph.D., Pht)

Jennifer Bottomley.jpg

Jennifer M. Bottomley, Ph.D.,MS,Pht

Jennifer M. Bottomley, Ph. D., MS, Pht, a obtenu un diplôme en physiothérapie de l’Université du Wisconsin, une maîtrise en physiothérapie du MGH Institute, un doctorat en gérontologie de l’Université du Massachusetts et un deuxième doctorat en administration, législation et gestion de politiques relatives aux services de santé avec spécialisation en gérontologie de l’Union Institute. Elle pratique depuis 1974. En ce moment, elle est professeure universitaire et clinicienne et enseigne à l’étranger et partout aux États‑Unis. Jennifer est professeure agrégée au Simmons College et professeure associée au MGH Institute, à Boston au Massachusetts. Elle siège à de nombreux comités fédéraux sur l’assurance maladie (Medicare) et au White House Advisory Panel for Health Care Reform. Elle pratique de façon bénévole dans les refuges pour sans-abri pour le Committee to End Elder Homelessness/HEARTH à Boston et siège au conseil d’administration de HEARTH. Jennifer est actuellement présidente de l’International Association of Physical Therapists working with Older People (IPTOP) de la WCPT.
 

Hans.jpg

Hans Hobbelen (Ph.D.,Pht)

Hans Hobbelen (Ph. D, Pht) a commencé sa carrière de physiothérapeute dans une maison de soins infirmiers dans la ville d’Eindhoven aux Pays-Bas et a occupé ce poste pendant 22 ans. En 2001, il a obtenu une maîtrise en science du mouvement humain. En 2010, il a terminé un doctorat traitant de la paratonie, une forme distincte d’hypertonie dans les cas de démence. Il est donc devenu un scientifique de premier plan dans le domaine de la paratonie et des troubles du mouvement dans les cas de démence. En ce moment, il est professeur à l’unité de recherche Healthy Lifestyle, Ageing and Health Care, de la Hanze University of Applied Sciences, Groningen aux Pays-Bas. En plus des troubles du mouvement dans les cas de démence, il s’intéresse surtout à la fragilité, particulièrement la prévention de celle-ci. Depuis 2010, Hans est membre du conseil d’administration de la Dutch Association for Geriatric Physical Therapy (NVFG), et depuis 2015 il a été élu vice-président de l’International Association of Physical Therapists working with Older People (IPTOP). Il est aussi membre actif du European Innovation Partnership on Active and Healthy Ageing, une plate-forme commandée par la Commission européenne. De plus, M. Hobbelen est directeur de programme du Living Lab Active Ageing Elderly, qui fait partie du National Centre of Expertise on Healthy Ageing, financé par le gouvernement néerlandais et le représentant du programme de maîtrise Healthy Ageing Professional de la Hanze University of Applied Sciences, Groningen.


Samedi – Discours de clôture

emma_stokes cropped.jpg

prononcé par Emma Stokes, présidente de la WCPT

Emma Stokes est directrice adjointe du programme de physiothérapie et fellow du Trinity College de Dublin. Elle enseigne aux programmes d’entrée en pratique de l’université à Dublin et à Singapour. Ses recherches portent sur les questions liées à la pratique professionnelle, telles que le leadership dans la profession. Elle est membre du conseil d’administration de la WCPT depuis 2007 et en a été élue présidente en 2015.


Alison Hoens, lauréate 2018 du prix Conférence commémorative Enid‑Graham

ZeBiNi1E_400x400.jpg

Alison Hoens est récipiendaire du Conférence Commémorative Enid Graham, le prix le plus prestigieux du CPA. Alison Hoens occupe deux postes : (1) courtière des connaissances en physiothérapie et professeur clinique au département de physiothérapie de l’Université de la ColombieBritannique (UBC) et (2) Coordonnatrice de la recherche, de la formation et de la pratique en physiothérapie au Providence Healthcare (PHC). Elle est présentement en détachement de ces deux postes pour être spécialiste de l’application des connaissances à l’unité de soutien de la Colombie-Britannique (une des dix unités établies un peu partout au Canada dans le cadre de la stratégie de recherche axée sur le patient, une initiative nationale menée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) pour soutenir, rationaliser et accroître la recherche axée sur le patient).

Alison Hoens détient un baccalauréat ès sciences en physiothérapie de l’UBC ses diplômes de troisième cycle de l’Université Curtin à Perth, en Australie. Ses contributions à la profession englobent les domaines de la pratique clinique, de la formation avant et après l’entrée en pratique et de la recherche provinciale, nationale et internationale. À PHC, elle est responsable de la recherche, de la formation et du soutien à la pratique basée sur les données probantes pour plus de 130 physiothérapeutes et assistants en réadaptation dans l’ensemble des établissements de soins de courte durée, de réadaptation et en établissement. Dans son rôle exceptionnel de courtière de connaissances, elle a facilité l’établissement de partenariats dans plus de 50 projets entre plus de 400 chercheurs, cliniciens, décideurs et patients dans des recherches pertinentes du point de vue clinique et dans le développement de ressources et d’outils pour soutenir la pratique éclairée. Ces partenariats ont réussi à générer plus de trois millions de dollars pour financer la recherche. Les 22 ressources et outils qui ont été développés pour soutenir la pratique clinique ont été accédés environ 200 000 fois dans le monde.